Sylvie de Meurville, Montagne de lait Sylvie de Meurville, A Frigore Sylvie de Meurville, Le beau lac Sylvie de Meurville, Somme Sylvie de Meurville, Somme Sylvie de Meurville,Tous les fleuves Sylvie de Meurville, Tous les fleuves Sylvie de Meurville,Guerlédan Sylvie de Meurville,A Frigore

 

Sylvie de Meurville, Veines d'eau
Le beau lac (Lac du Bourget), acier de 2 mm d'épaisseur
découpé et verni, 130 x 100 x 40 cm, 2016.
 
 
 
Veines d'eau

Mon regard sur le paysage est nourri par les analogies qu’il comporte avec le corps humain. Pour moi, les plissements de la croûte terrestre ressemblent à une peau qui frémit. Dans les formes minérales, les courbes des collines, les failles et les tensions volcaniques, je ressens les pulsations et la fragilité de la vie. Je tends à pousser au plus loin mon penchant naturel à la paréidolie, cette tendance à “reconnaître“ un objet dans l’informe. Ces paysages sont dessinés par les cours d'eau qui les irriguent. La peau a disparu pour laisser place au graphisme. Les tracés sont relevés sur des cartes à grande échelle et leur largeur légèrement exagérée. Le dessin découpé dans du métal est ensuite mis en volume.

Voir la vidéo Les énervés, réalisée par Leïla Macaire sur un texte écrit et interprété par Pierre Comas

 
 
Sylvie de Meurville